Comment gérer la dépendance amoureuse après la rupture

S’il existe bien une vérité universelle indiscutable, c’est que la rupture amoureuse est nécessairement un facteur de troubles psychologiques et de remise en question de la sérénité personnelle. Victime ou instigateur, là n’est pas l’important : une séparation pulvérise la notion de routine, cette valeur qui nous est si chère, tant elle nous confine dans une sécurité et un confort dont il est difficile de sortir.

Dans ce contexte, il n’est alors pas difficile de comprendre l’ampleur des paradoxes qui nous font face : notre couple vole en éclat, mais on ne s’est jamais senti(e) aussi amoureux/se, notre partenaire nous fait du mal, mais on peine à lui en vouloir, nous n’avons pas nécessairement commis d’erreur, pourtant la culpabilité suite à cette rupture nous ronge chaque minute de chaque heure….

Et si tout cela s’expliquait ? Et si nous pouvions enfin faire fi du manque de réalisme pour nous relever et repartir de l’avant, quel que soit notre objectif ? C’est en tout cas l’hypothèse qui sous-tendra notre réflexion du jour !

1. Mais comment qualifier ce mal qui nous ronge ?

Mettre un nom sur son adversaire : une priorité pour le vaincre. Et dans le cas d’une rupture, je suis certain que vous avez déjà identifié votre pire ennemi, la dépendance amoureuse après la rupture. C’est de cette dernière que naît la plupart des tiraillements psychologiques, le manque d’objectivité et le refus en bloc de toute approche impliquant le fait que d’autres personnes puissent comprendre ce que vous vivez et les ressentis qui peuvent vous traverser.

C’est un trait commun à tout individu : après une rupture amoureuse, on pense être au cœur du plus grand drame existentiel possible, au point d’idéaliser la relation qui vient de s’achever et d’évoluer dans un sentimentalisme outrancier (on se met à pleurer devant un film, à l’écoute d’une chanson, en apercevant une photo…) fait de nostalgie et d’envies incontrôlables de recontacter son ex pour le/la faire revenir sur sa décision.

Croyez-moi, nous passons tous par le stade où l’on se demande à chaque instant ce que notre ex peut bien être en train de faire, avec qui, comment et où…. Ou encore celui qui voudrait qu’on se complaise dans le malheur, la tristesse et la non-action. Manger des glaces devant une série à l’eau de rose en vidant des paquets de mouchoirs c’est bien… mais il y a mieux à faire pour vaincre la dépendance affective après une rupture et retrouver l’estime de soi !

2. Réapprendre à se définir : la priorité après une rupture amoureuse

Après une séparation, le but de tout individu est de retrouver la joie de vivre, la capacité à se fixer de nouveaux objectifs et à se reconstruire, et cela, quelle que soit sa motivation personnelle (récupérer son ex ou continuer son chemin seul). Pour se faire, il va falloir mettre au placard les idées noires, les non-sens et les raisonnements nous érigeant en victimes absolues et/ou en entités incapables de réactions. Non la vie ne s’arrête pas là et oui nous survivrons, car nous valons bien mieux qu’un simple pantin, évoluant au gré de l’effet que notre ex peut avoir sur nous.

Dès aujourd’hui, c’est donc l’étendard de bataille que nous devons sortir : nous devons prendre conscience de notre potentiel, sortir de la complainte et de la complaisance pour laisser notre psychologie s’exprimer, à travers nos désirs, nos envies et leur mise en œuvre matérielle. Objectif ? Vaincre la dépendance affective qui nous pousse à harceler notre ex, à nous enquérir de ses moindres faits et gestes et nous empêche de nous focaliser sur la personne la plus importante à ce stade : NOUS !

Pour nous échapper de cette prison, il faut bien prendre conscience d’une chose : se lamenter, essayer d’attirer la pitié et se contenter de l’immobilisme ne peut RIEN apporter. Cela ne fera pas revenir votre ex, et personne d’autre ne s’intéressera à vous dans ces conditions. Votre seule solution pour éradiquer tout sentiment de culpabilité et toute installation dans la dépression, c’est bien évidemment d’amorcer un changement radical dans votre vie.

Physique, habitudes, connaissances… vous pouvez tout réformer, tout changer. Il est temps d’ouvrir votre esprit sur l’extérieur, de faire des expériences et d’en retirer le meilleur. Depuis l’inscription à un club de sport en passant par l’organisation d’un voyage ou le suivi d’une nouvelle formation professionnelle, vous devez métamorphoser le sentiment de manque en motivation à devenir meilleur(e), à évoluer, comme pour dire que la difficulté rencontrée fait partie du passé.

En réalité, une rupture amoureuse doit être le catalyseur d’une volonté de changement, de prise de conscience permettant de questionner les sentiments qui nous restent envers notre ex. Est-ce de l’amour ? De l’insécurité ? Seule votre introspection pourra vous aider à répondre à la question et à vous débarrasser de votre dépendance psychologique !

Sourcehttps://mariesoleilcordeau.com/comment-gerer-la-dependance-amoureuse-apres-la-rupture/

Commentaires

mood_bad
  • Pas encore de commentaires.
  • chat
    Ajouter un commentaire